Miss Islande, d’Auður Ava Ólafsdóttir (4/5)

Titre : Miss Islande
Auteur : Auður Ava Ólafsdóttir
Éditeur : Zulma
Date de publication : 05 septembre 2019
Nombre de pages : 288 pages

De quoi ça parle ?

Dans les années 1960, Hekla vit avec sa famille dans la région rurale de Dalir, en Islande. Son père, grand amoureux des volcans, ne lui a pas donné ce prénom par hasard : l’Hekla est un volcan encore en activité dans le pays… Un nom prémonitoire pour cette jeune femme, qui bouillonne d’une énergie créatrice.
À 21 ans, elle décide de quitter la ferme familiale pour rejoindre la ville de Reykjavik. Là-bas, elle espère vivre de sa passion, l’écriture. Mais en attendant d’être publiée, elle travaille dans un hôtel, où les hommes n’en finissent pas de l’importuner… L’un d’eux la trouve si belle qu’il lui propose même de participer à l’élection de Miss Islande. Heureusement, elle est entourée de ses meilleurs amis : Jon John, un marin homosexuel qui rêve de devenir couturier, et Isey, une jeune maman qui essaie de continuer à écrire malgré le poids des responsabilités. Mais, à cette époque, Hekla peut-elle devenir artiste, peut-elle être indépendante ? Ou doit-elle se consacrer à son nouveau fiancé ? Elle va le découvrir…

Ce que j’en ai pensé…

  • J’ai aimé que sous ce titre ironique se cache un roman résolument féministe. Hekla, a sa manière, va se concentrer sur son art, luttant contre la voie qui est déjà toute tracée pour elle, être une épouse et une mère. Ce livre met en lumière le fait que, malgré le talent des femmes, malgré leur désir d’émancipation, la société de l’époque les pousse à se soumettre aux rôles qui leur sont attribués. Le seul moyen légitime de s’élever serait de participer à Miss Islande… Triste réalité, qui démontre encore une fois qu’on n’attend pas des femmes qu’elles aient de l’esprit, juste qu’elles soient belles et aimables. Un destin qu’Hekla ne peut supporter, surtout quand elle voit son amie Isey se noyer dans un quotidien familial toujours plus pesant.
  • Ce roman ne soutient pas seulement la cause des femmes, mais aussi celle des homosexuels. À travers le personnage de Jon John, l’auteur aborde les mauvais traitements que cette communauté subit. Les lignes de la masculinité n’ayant pas encore bougé d’un pouce, Jon John déroge forcément à la règle et est mal vu pour ça. J’ai trouvé très touchant de voir autant d’amitié et de solidarité entre le groupe d’amis, c’est ce qui leur permet de tenir. Des êtres en avance sur leur temps qui luttent ensemble pour faire évoluer les mentalités, qui n’ont pas envie de cacher au monde qui ils sont vraiment.
  • Si j’ai apprécié l’histoire et les messages de tolérance qu’elle transmet, j’ai été un peu surprise pas la fin… Je ne comprends pas vraiment la décision d’Hekla quand à son manuscrit (je m’arrête là, je ne vous laisse lire le livre et vous faire votre avis), mais je tenais à le souligner, car ça m’a laissé une pointe d’incompréhension en refermant le livre.
  • Enfin, un point curieux concernant le style d’écriture : j’ai eu du mal à me figurer Hekla, j’avais l’impression de tout voir avec ses yeux à elle. C’est comme si elle n’existait qu’à travers les personnages secondaires, très présents, alors qu’elle reste le personnage central. C’est inhabituel !

J’ai bien aimé cette lecture, qui nous transporte en Islande, à la rencontre d’âmes sensibles qui essaient de se faire une place là où il n’y en a pas. Je vous le recommande ! Est-ce que vous l’avez lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

2 commentaires sur “Miss Islande, d’Auður Ava Ólafsdóttir (4/5)

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :