Un petit carnet rouge, de Sofia Lundberg (4/5)

En me baladant à la bibliothèque, je suis tombée sur cet ouvrage publié en mai 2018 aux éditions Calmann-Lévy et sa couverture a tout de suite attiré mon attention (elle est sympa avec ses lettres manuscrites et ses images de monuments, on pressent de longues correspondances à travers les époques et les continents). Après l’avoir lu, je n’ai pas été déçue, je vous en dis plus…

De quoi ça parle ?

Doris n’est plus toute jeune maintenant, elle a 96 ans. Elle vit seule dans son appartement à Stockholm. Tous les jours, elle reçoit la visite d’une aide ménagère, mais ce n’est pas assez pour rompre la solitude. Heureusement, elle peut compter sur Jenny, sa petite-nièce qui vit aux États-Unis, à qui elle tient par dessus tout. Les deux femmes s’appellent presque tous les jours par Skype… Doris a beau être âgée, elle est à la pointe de la technologie !
Elle qui range méticuleusement ses affaires, ouvre un jour son petit carnet en cuir rouge, abîmé par le temps. Dedans, elle a écrit le noms et les coordonnées de tous ceux qui ont croisé sa route. Le feuilleter est l’occasion de se remémorer certains épisodes de sa vie mais aussi de prendre conscience que la fin est proche, puisqu’à côté de la quasi totalité des noms de ses amis est écrit « décédé ». Elle le sait, ce sera bientôt son tour. Doris décide alors d’écrire ses mémoires à Jenny, de lui raconter ce qu’elle a vécu, expliquant ainsi le rôle de chaque personnes de son carnet dans son existence.
De la Suède à la France, en passant par les États-Unis et l’Angleterre ; des années folles à nos jours, en passant par la Seconde Guerre mondiale, on suit le parcours de la jeune Doris et on fait la connaissance de ceux qu’elle a fréquenté : Agnès, sa petite sœur ; Gösta, l’artiste fantasque et rêveur ; Nora, la célèbre mannequin ; Paul, le pêcheur solitaire ; et surtout Allan, l’amour de sa vie…

Ce que j’en ai pensé…

J’ai été touchée par ce roman, j’ai eu du mal à le lâcher, je l’ai presque lu d’une traite. Voici ce qui m’a plu, ou non…

  • Véritable récit de vie, il ne manque rien de la vie de Doris, le personnage principal. De son enfance à ce qui semble être ses derniers jours, on suit l’intégralité de son parcours, ce qui nous permet de mieux la comprendre : connaissant son passé, les valeurs qui lui ont été transmises, les leçons qu’elle a tirées de ses choix, les joies et les peines qu’elle a vécues, on peut mieux cerner sa personnalité et sa psychologie. On s’attache à Doris car c’est comme si on la connaissait depuis longtemps ! Bien sûr, libre aux lecteurs d’adhérer ou non à ce personnage, mais personnellement cette petite dame m’a séduite.
  • Même si l’histoire du livre est celle de Doris, j’ai aimé que l’auteure apprenne aux lecteurs le devenir des personnages secondaires… Qu’il s’agisse d’Agnès, Gösta, Nora, Paul ou tous les autres, ces gens vont faire partie de la vie de Doris pour une durée plus ou moins longue. En tant que lecteur, on les apprécie et on a envie de savoir ce qu’il leur arrive ensuite, quand leur chemin prend autre direction. L’auteure ne nous prive pas de ce plaisir et trouve le moyen de nous dire ce qu’ils deviennent, ne laissant ainsi aucune zone d’ombre ou interrogation.
  • La construction du récit est assez bien pensée, on alterne entre deux lignes temporelles : certains chapitres racontent l’histoire de la jeune Doris, d’autres celle de la Doris âgée. Ce chassé-croisé a du sens et fait avancer l’intrigue, soulignant le talent d’écriture de Sofia Lundberg.
  • Le fil conducteur du roman est l’amour, l’amour sous toutes ses formes… Il y a d’abord l’amour amical, retranscrit à travers toutes les relations que va nouer Doris, notamment l’artiste Gösta, qui sera un point de repère pour elle puisqu’il vit en Suède, son pays natal, et qu’ils s’écriront toujours. Puis il y a l’amour amoureux, puisque Doris va connaître le grand amour dans les bras d’Allan (une histoire qui donne des frissons et met la larme à l’œil je vous le garantis^^). Mais on retient surtout l’amour familial : les liens très forts entre Doris et sa petite-nièce Jenny, qui découlent de l’attachement de Doris pour sa sœur Agnès (Jenny est la petite-fille d’Agnès), sont au cœur du roman. La relation entre les deux femmes, pourtant de différentes générations, est émouvante. Elles sont là l’une pour l’autre quoi qu’il arrive. C’est en ça que j’ai trouvé que c’était un roman feelgood, car quand on referme ce roman remet en perspective sa vision de l’amour et ses relations avec les autres.
  • Enfin, l’auteure offre le premier rôle de son histoire à une personne âgée et je trouve qu’elle fait une description plutôt réaliste de la vieillesse. Elle décrit l’organisation du quotidien (des tâches qui montrent les difficultés et l’ennui des personnes âgées) et les visites du personnel de ménage et de santé (qui sont souvent les seules visites qu’elles reçoivent). Elle parvient aussi à créer une atmosphère où règne solitude et nostalgie… Aller un petit bémol (il faut bien quelques critiques, non ?) : si au début du roman je trouvais cette atmosphère compréhensible et touchante, au fil des pages j’avoue avoir trouvé une certaine lourdeur. Les dialogues de Doris, qui pense qu’elle n’en a plus pour longtemps, tournent souvent autour de “je vais bientôt mourir”. Cela rend peut-être le personnage moins intéressant et c’est un peu dommage, mais ce n’est que mon avis. Toutefois ce n’est qu’un aspect du roman, cela ne gâche en rien l’histoire, dont la fin est surprenante et poignante (pas un mot de plus pour ne rien gâcher^^).

Je vous recommande Un petit carnet rouge qui reste plaisant à lire. On voyage et on passe par toute une palette d’émotions. L’avez-vous lu ? Si oui n’hésitez pas à partager votre avis !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :