Pourquoi j’ai mangé mon père, de Roy Lewis (4/5)

Pour mon premier article sur ce blog, j’ai souhaité vous présenter ce roman américain, publié en 1960 (oui, ça commence à dater^^). Rien qu’à sa couverture, d’un vert acidulé (chez Pocket) on se doute que le style va être décapant !

De quoi ça parle ?

À l’époque préhistorique, vit une famille de Pithécanthropes (espèce aujourd’hui rattachée à Homo erectus) pas comme les autres… Il y a Édouard, le père, un savant qui ne pense qu’à faire évoluer son espèce ; sa femme Mathilde, qui s’occupe de la tribu composée de nombreux enfants, dont Ernest, le narrateur ; des tantes et des oncles, dont Vania, un personnage très conservateur qui ne veut pas progresser et qui préfère « Back to the trees ».
Ils viennent juste de « descendre des arbres », autrement dit de quitter la condition du singe pour se rapprocher de l’humanité, passant d’un régime végétarien à omnivore. Le problème est qu’une fois à terre, ils sont très vulnérables et se font attaquer par des bêtes sauvages. Selon Édouard, ces espèces animales sont spécialisées (elles ont des poils, des griffes…) et ces spécialisations vont les affaiblir puisqu’elles ne vont plus avoir besoin de faire d’efforts pour se protéger. L’homme deviendra ainsi supérieur à elles. Mais pour l’instant, cette famille est une proie facile. Édouard sait que s’il veut pouvoir défendre les siens, il lui faut le feu, « un volcan portatif », alors il part le chercher… C’est le début de nombreuses aventures !

Ce que j’en ai pensé…

J’ai beau l’avoir lu il y a quelque temps, j’en garde un très bon souvenir, et ce pour plusieurs raisons :

  • Il est drôle et léger ! On passe un bon moment (trop court même, il fait à peine 200 pages en format poche). L’humour vient des parallèles faits entre la préhistoire et notre époque, ce qui crée un décalage. L’auteur fait vivre à ses protagonistes autant de situations rocambolesques que de préoccupations du quotidien (conflits avec la famille, tentatives de séduction…) dans lesquelles chacun peut se reconnaître. Mais l’humour vient surtout du fait que le personnage d’Édouard sait exactement comment doit se passer l’Évolution et ce qu’il faut faire pour devenir un Homo sapiens. Ce visionnaire veut aller toujours plus vite, quitte à se retrouver en mauvaise posture (je ne vous apprends rien, tout est dans le titre du livre^^).
  • Au delà de sa forme humoristique, ce roman a un sujet de fond très intéressant : le progrès et ses conséquences. C’est un sujet intemporel, toujours d’actualité : il l’était en 1960 à la publication du livre et il l’est toujours aujourd’hui. En effet, il facilement transposable à notre époque avec les nouvelles technologies. Loin de vouloir donner des leçons de morale, ce livre montre ce qui peut éventuellement se passer quand on utilise des techniques trop en avance par rapport aux mentalités du moment, quand on est incapable d’appréhender les dangers qui les accompagnent. De plus, il offre des points de vue nuancés, à travers les personnages d’Édouard, qui défend ardemment le progrès, et de Vania, qui prône un certain immobilisme. Libre au lecteur de se faire sa propre opinion.
  • Roy Lewis, l’auteur, est un journaliste spécialisé en sociologie et en anthropologie. Cela donne plus de poids au roman car, bien qu’il s’agisse d’une fiction, on peut faire confiance au bagage historique qu’il véhicule. En refermant ce livre, on en sait un peu plus sur cette espèce qui a vécu il y a plusieurs millions d’années, sur son mode de vie… Personnellement, c’est ce que je recherche dans mes lectures.

Et vous, l’avez-vous lu ? Qu’en avez-vous pensé ? N’hésitez pas à partager votre expérience !

Un commentaire sur “Pourquoi j’ai mangé mon père, de Roy Lewis (4/5)

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :